Le Blog Wallon sur le Single Malt - whisky.over-blog.com

Compte rendu : Whisky Festival Massen, 24 et 25 octobre 2014

25 Octobre 2014, 21:12pm

Publié par Bishlouk

Les deux jours de ‘’grosse’’ dégustation dans la salle annexe chez Massen viennent de se terminer, et pour ne pas perdre les bonnes habitudes je vous propose mon petit compte rendu. La fois précédente j’avais juste profité du moment, sans vraiment prendre de notes ni de photos. Cette fois-ci j’ai quand même essayé de mieux faire pour mes fidèles lecteurs que vous êtes :-)

Point de vue public présent, le vendredi soir était blindé de monde, une fois n’est pas coutume. Bien évidemment beaucoup de ‘’whisky freaks’’ belges, mais aussi des Français venus de loin (de Toulouse et de Rhône-Alpes, par exemple). Résultat d’un bouche à oreille sur des forums francophones. Il faut dire qu’avec les prix pratiqués en France par la Maison du Whisky, le Luxembourg est un véritable paradis pour tout amateur Français de whisky.

Le calme avant la tempête... (oui oui, il y a eu BEAUCOUP plus de monde par après)
Le calme avant la tempête... (oui oui, il y a eu BEAUCOUP plus de monde par après)

Pour la première fois, j’y suis allé les deux jours, n’aillant pas su goûter tout ce que je voulais en une seule soirée. J’ai pu constater que le public est très différent entre le vendredi et le samedi. Le vendredi, ce sont surtout des amateurs avertis (dont beaucoup se connaissent) qui se déplacent et qui restent toute la soirée, et c’est bourré-massacre. Le samedi, c’est tout autre, le public étant plus clairsemé et surtout composé de familles qui sont venues faire leurs courses au supermarché et qui en profitent pour faire un tour, goûter l’une ou l’autre chose (et éventuellement acheter une bouteille), puis s’en aller. Deux jours, deux ambiances.

Les exposants présents étaient à peu près les mêmes que les fois précédentes. Il s’agit, de façon logique, des divers fournisseurs de la Vinothek Massen : The Nectar, Malts of Scotland / The Whiskyman, BenRiach / Tomatin / Balblair, Douglas Laing, Chivas / Aberlour / Glenlivet, Glengoyne / Dun Bheagan / Tamdhu, Diageo, Glenfiddich / Macallan / Balvenie / Highland Park / Laphroaig / Bruichladdich. Voici quelques photos, qui valent toujours mieux que de longs discours.

Les exposantsLes exposantsLes exposants
Les exposantsLes exposants
Les exposantsLes exposantsLes exposants
Les exposantsLes exposants

Les exposants

Comme je sais que vous trépigniez d’impatience de savoir ce que j’y ai goûté et quelles étaient les nouveautés, je ne vais pas vous faire attendre plus longtemps. Et des choses, j’en ai goûtées sur deux jours ! Je vous livre mes notes dans l’ordre dans lequel j’ai goûté les whiskies. Comme d’habitude, ce sont des notes ‘’de festival’’, souvent basées sur quelques petites gorgées, pas dans un environnement propice à la dégustation en profondeur, et bien vite avec des papilles saturées. Des notes à prendre avec des pincettes, donc. Tellement avec des pincettes que je ne donnerai qu’un ressenti général de chaque whisky, sans cote. Les photos des bouteilles se trouvent à la fin de la liste, par jour.

Jour 1 (vendredi) :

Highland Park Dark Origins : On en a pas mal parlé (en bien comme en mal) sur les différents blogs et forums, j’avais envie de me faire ma propre idée. Bon nez bien rond, mais bouche plate et décevante. Empreinte de sherry bien présente. Finish poivré. Buvable mais pas transcendant.

Miltonduff 19 ans The Nectar of the Daily Drams, 51.2% : Nez malté et fruité. Bouche alcooleuse, agressive, déséquilibrée. Ouch !

Clynelish 21y Cadenhead Small Batch, Christmas Bottling for The Nectar, 50.4% (nouveauté) : Profil très fruité. Il mérite une note approfondie, ce qui sera fait sous peu sur le blog. A suivre…

Littlemill 22y Cadenhead Small Batch, 53.7% (nouveauté, et déjà sold out chez Massen) : Fruité, frais, herbacé, vanillé. Très Littlemill, et très bon.

Littlemill 1988 (25 ans) Douglas Laing, 56.2% : En face à face avec le Cadenhead, je l’ai trouvé très chimique, bubblegum made in Taiwan, pas bon du tout. Et hors de prix, aussi (plus de 200€, de mémoire).

Highland Park 1988 (24 ans) Signatory Vintage, 43% : Pas mal, mais loin du HP 25 ans OB (qui reste pour moi une référence indéboulonable). Mais un super rapport qualité / prix, néanmoins (environ 85€).

Glen Scotia 1992 The Whiskyman, 51.3% (nouveauté) : Une bonne surprise du festival, un profil qui sort des sentiers battus. Le nez m’a fait penser à un vieux Highland Park, fumée légère de grenier. Menthe fraîche. Ca ressemble à un refill sherry. Liqueur de poire en fin de bouche. Très chouette en tout cas. Note de dégustation complète très prochainement sur le blog. A suivre…

Balmenach 1988 Signatory Vintage for The Nectar, 55.5% : Fruité, rond, vanillé. Très bon.

Une partie des bouteilles du jour 1Une partie des bouteilles du jour 1
Une partie des bouteilles du jour 1Une partie des bouteilles du jour 1
Une partie des bouteilles du jour 1Une partie des bouteilles du jour 1

Une partie des bouteilles du jour 1

Jour 2 (samedi) :

Mortlach 18 ans officiel (nouveauté) : C’est un mélange de fûts de bourbon, Sherry, Port, et de fûts ‘’rejuvenated’’ (un processus pour donner une seconde vie à des fûts épuisés) bourbon. Nez doux, rond, du bonbon. Mais pas longtemps, les arômes s’envolent et ne laissent la place qu’à l’alcool. Bouche amère. Finale inexistante. Gros ratage.

Teeling 21 ans, 46% : Je l’avais goûté lors de l’édition précédente, mais n’avais pas été séduit du tout. Comme tout le monde me dit que c’est bon, j’ai voulu réessayer. Même constat que la fois dernière : térébenthine, chimique, bonbons industriels. Mais un amateur averti qui l’a goûté avec moi était d’accord avec moi, alors qu’il adore sa bouteille achetée un ou deux ans avant. De grosses différences entre les batches, peut-être ?

Caol Ila 38 ans Malts of Scotland, 47.2% : Pas une nouveauté, cette bouteille est sortie il y a déjà quelques mois. Mais pour moi, ce fut LE dram du jour. Le vieux Caol Ila comme j’aime. Tourbe légère, saveurs de sous-bois et minérales, fin, élégant. Waouw, la claque ! Mais hors de prix, dommage (250€ pour 35cl).

Caperdonich 18 ans Liquid Library, 52.2% (embouteillé en 2012, pas une nouveauté du tout) : Nez sympa, bien fruité, mais par contre la bouche est surette et astringente.

Glenfarclas 1993 The Family Casks, 56.4% : Sherry bomb en plein, à fond sur les fruits rouges et les épices exotiques. Le nez est super bien fait, classique. Par contre je l’ai trouvé trop sec en bouche, trop à mon goût.

Lagavulin Distiller’s Edition 1998/2014, 43% : Nez assez sympa, mais bouche complètement plate et inexistante.

Kilchoman 2009/2014 100% Islay PX Finish for De Tongerse Whiskyvrienden, 55.2% (nouveauté) : Nez sur la coque de noisette grillée, fumée terreuse. Bouche ronde, fumée tourbe sucrée. Bonbon en fin de bouche. Très sympa.

Images of Islay, Port Askaig – Malts of Scotland, 53.2% (nouveauté) : Jeune et fougueux. Bien fait, mais rustique dans sa puissance tourbée. Avec un peu d’eau, il devient plus sage et un style Laphroaig (fumée un peu médicinale) se révèle. Pourtant il s’agirait d’un Caol Ila, en toute logique.

Les bouteilles du jour 2Les bouteilles du jour 2
Les bouteilles du jour 2Les bouteilles du jour 2
Les bouteilles du jour 2Les bouteilles du jour 2
Les bouteilles du jour 2Les bouteilles du jour 2

Les bouteilles du jour 2

Comme d’habitude, j’ai passé deux super moments chez Massen. Bonne ambiance, bons échanges entre passionnés, de bonnes choses à goûter, et des prix imbattables. Un festival incontournable.

Rappel : le festival continue (mais plus petit) jusqu’au 11 novembre, avec une cinquantaine de bouteilles en dégustation dans le rayon whisky du magasin, et bien évidemment toujours la remise de 10% sur les bouteilles.