Le Blog Wallon sur le Single Malt - whisky.over-blog.com

Ireland 23 ans The Nectar of the Daily Drams, 1991/2015, 54.6%

24 Avril 2015, 06:39am

Publié par Bishlouk

A intervalle régulier j’aime bien parler d’un whisky qui fait le buzz. Celui-ci en fait partie…

Comme je l’expliquais dans le dossier consacré aux whiskeys irlandais, The Nectar a embouteillé pas mal d’Irlandais ces derniers temps. Début avril, trois nouveaux embouteillages (toujours de distilleries officiellement inconnues) ont vu le jour. Un 12 ans, un 14 ans, et ce 23 ans-ci. Le 12 ans et le 14 ans étaient déjà disponibles lors du Whisky Festival chez Massen, mais le 23 ans était déjà sold out en raison du nombre très limité de bouteilles. ‘’Limité’’, c’est en effet tout ce qu’on sait ; mais impossible de savoir exactement le nombre de bouteilles produites au total. Cette info ne figure pas sur la bouteille, et The Nectar reste très discret à ce sujet.

Néanmoins, certains amateurs avertis ont eu l’occasion de le goûter et ont été directement séduits. Il faut dire qu’un Irlandais de 23 ans en fût de sherry, c’est assez rare et très prometteur sur papier. Mais au delà du papier, le ramage vaut-il le plumage ?

Ireland 23 ans The Nectar of the Daily Drams, 1991/2015, 54.6%
Ireland 23 ans The Nectar of the Daily Drams, 1991 / 2015, 54.6%
  • Nez: D’entrée, ça envoie du lourd. Du raisin blanc mûr, une fraîcheur herbacée et florale, des épices de Noël, des raisins et de l’abricot secs, une pointe de tabac, de la frangipane, du chocolat noir à l’orange, quelques noisettes… Tout ça ? Oui, et même plus. Et toutes ces senteurs forment un tout qui tient la route. Ca augure beaucoup de bonnes choses pour la suite…
  • Bouche: … et cette suite ne déçoit pas. Du café moulu, des feuilles d’arbre séchées, du chocolat, de l’orangette, des raisins secs en pagaille, de l’abricot. Quelques vaguelettes herbeuses passent de temps en temps. De la noisette poivrée, et de la groseille confite.
  • Finale: Moyenne. Les épices de Noël refont surface. Légère sécheresse boisée. Une très très légère fumée herbeuse remonte dans les narines (Ho ? Une trace de tourbe ??).
  • Verdict : Le meilleur Irlandais que j’ai pu goûter jusqu’ici, et de loin. Une friandise du début à la fin. C’est fin, doux, fondu, cohérent, frais tout en étant gourmand, facile d’accès et dangereusement buvable. Une réussite totale.
  • 92/100.

Si ma note de dégustation vous a donné envie (le contraire serait quand même étonnant ;-) ), sachez que tout espoir n’est pas perdu pour vous en procurer une bouteille. Si je sais qu’il est sold out chez Massen et sur les webshops qui ont pu en avoir, il est peut-être encore possible de s’en procurer (mais c’est à vérifier) chez TasTToe, The Single Malt Whisky Shop, et chez Crombé. Il devrait aussi être le whisky phare sur le stand de The Nectar ce week-end au WhiskyFair de Limburg (en Allemagne), si vous voulez pousser jusque-là. Et il devrait aussi être disponible, en quantités très limitées, chez Toby Vins à partir du 30 avril. Bref, il reste encore des pistes exploitables pour choper une bouteille… Quant au prix, il est lui aussi assez attractif pour un whisky de cette qualité par les temps qui courent : un gros 130 euros.