Le Blog Wallon sur le Single Malt - whisky.over-blog.com

Rock Oyster Cask Strength, Douglas Laing, 57.4%

14 Février 2016, 09:22am

Publié par Bishlouk

Douglas Laing sort régulièrement, depuis plusieurs années, des blended malts basés sur des régions d'Ecosse. Le Big Peat est composé de single malts d'Islay, le ScallyWag du Speyside, le Timorous Beastie des Highlands, et le Rock Oyster des îles.

Si ces quatre blended malts sont réduits en taux d'alcool, voici que Douglas Laing nous propose à présent une version Cask Strength du Rock Oyster.

Comme son petit frère, sorti il y a un an, ce Rock Oyster en brut de fût est composé de single malt de l'île de Jura (jusqu'ici ce n'est pas difficile de deviner de quelle distillerie il s'agit), d'Islay (ha, là ça se complique), d'Arran (trop fastoche), et d'Orkney (une chance sur deux).

Rock Oyster Cask Strength, Douglas Laing, 57.4%
Rock Oyster Cask Strength, Douglas Laing, 57.4%
  • Nez: Clairement très jeune, sur une profusion de malt vanillé. Un léger fruité de "New Make" derrière ce malt. Une brise iodée et des gouttes de citron frais. L'alcool n'agresse pas, et ce nez est assez frais (traces médicinales), et même légèrement pâtissier (vanille).
  • Bouche: Sucrée et vanillée, fortement maltée. C'est du jeune whisky, aucun doute. Des pincées de sel derrière cette jeunesse maltée. Ici, comme au nez, l'alcool n'agresse pas. Difficile de deviner qu'il titre à plus de 57%.
  • Finale: Moyenne. La salinité perdure un moment, accompagnée de traces de pomme et de poire pas encore tout à fait mûres.
  • Verdict: C'est jeune. Très. L'alcool est parfaitement maîtrisé, mais ce genre de profil n'est pas du tout ce que je recherche personnellement dans un whisky. Ceci dit, et contrairement aux notes officielles, je ne le trouve pas outrageusement marin. Si vous aimez les jeunes whiskies bien faits, par contre, foncez.
  • 82/100.

Il vient juste d'arriver sur le marché (il était présenté en preview la semaine passée au Whisky-Live) et devrait débarquer dans les prochains jours chez tous les cavistes, au prix d'une soixantaine d'euros environ.