Le Blog Wallon sur le Single Malt - whisky.over-blog.com

Springbank 16 ans Local Barley, 54.3% (OB)

10 Février 2016, 07:38am

Publié par Bishlouk

Tadaaaaa, LE whisky du moment dont toute la communauté parle !

La sortie de ce Springbank a été annoncée il y a moins de deux semaines, et ça a tout de suite été l'effervescence sur les réseaux sociaux et les forums spécialisés. Déjà, un nouveau Springbank est toujours une nouvelle en soi, la qualité globale de cette distillerie n'étant plus à prouver. Mais la nouvelle qui sort des sentiers battus cette fois-ci, c'est que ce Springbank a été distillé avec de l'orge local de la région de Campeltown (d'où "Local Barley", CQFD), alors évidemment tout le monde fait le lien avec les Local Barley 1966 en single cask, sortis dans les années '90 et devenus légendaires.

Mais bon, vous me connaissez, je suis méfiant et sceptique. Je suis comme Sœur Anne, j'attends de voir. Comparer du 1966 et du 1999 me paraît foireux à la base, puisque les processus de culture, de distillation, et les gens derrières les manettes ont fortement évolués et changés en plus de 30 ans.

Dans le même ordre d'idée, en quoi ce Local Barley apporterait-il un "plus" qualitatif et/ou gustatif par rapport aux autres orges cultivées... ailleurs ? C'est peut-être là que se situe justement la pierre angulaire du débat: pour 99,99% de la production de whisky, nous ne connaissons pas l'origine de l'orge utilisée. Ici Springbank joue la transparence, ce qui est très louable et plaît aux amateurs; alors qu'en général personne ne sait d'où vient l'orge utilisée dans la distillation du whisky écossais. On sait juste qu'une grande partie de l'orge n'est pas originaire d'Ecosse, mais rien de plus. Le flou total.

Merci donc à Springbank d'au moins être franc sur ce sujet là au niveau de cet embouteillage spécifique-ci.

Ce nouveau Springbank a donc été distillé avec de l'orge de type prisma (une orge de printemps, mais à part ça aucune idée de ce que cela représente par rapport à d'autres types d'orge), cultivé à la ferme Low Machrimore de Southend (à quelques miles de Campeltown). Le mélange de fût est de 80% de fûts de bourbon en chêne américain et de 20% de fûts d'Oloroso en chêne européen.

Ces 9000 bouteilles devraient constituer le premier batch de cet embouteillage; Springbank ayant annoncé que ce Local Barley intégrerait sa gamme régulière (au même titre que le 12 ans Cask Strength).

Allez, assez bla-blaté, place à la dégustation:

Springbank 16 ans Local Barley, 54.3% (OB)
Springbank 16 ans Local Barley, 1999 / 2016, 54.3%, 9000 bouteilles (OB)
  • Nez: De la céréale vanillée et mielleuse. Des zestes de citron apportent une fraîcheur bienvenue. Une fine fumée fruitée en toile de fond. Du sirop de citron se développe après aération.
  • Bouche: La texture en bouche est onctueuse, gourmande, et sucrée. De la compote de fruits blancs. De la poussière de malt sec virevolte, et du citron poivré tambourine au fond de la bouche. De la confiture de fruits jaunes exotiques vient se mêler à la danse.
  • Finale: Moyenne. La fumée de céréale séchée revient en bouche. Des pincées de poivre sont saupoudrées sur le bout de la langue. Des languettes de citron séché apparaissent.
  • Verdict: Aucun doute, c'est un très beau Springbank, très bon et très bien fait (en existe-t-il des mauvais ou des mal faits, d'ailleurs?). Les marqueurs fumés et fruités sont bien présents. Fruité, onctueux, fin ; il est très agréable à boire et n'agresse à aucun moment. Mais sur le plan purement personnel, les côtés maltés (fort développés) ne sont pas ma spécialement ma came.
  • 90/100 (pour la qualité intrinsèque du produit), 89/100 (sur le plan purement personnel).

Il devrait arriver dans les jours prochains chez tous les cavistes clients de The Nectar en Belgique et Luxembourg (l'allocation devrait se situer entre 400 et 500 bouteilles pour notre marché, d'après ce que j'ai pu lire), au prix de ±125 euros.